Lectures musicales

Toutes nos lectures musicales sont réalisées par Stéphanie Fontez (voix) et Stéphane Barascud (musique). Nous les reprenons régulièrement, dans différents lieux, ou à la demande de ceux qui ont envie qu’on leur raconte une histoire…

Lectures dansées : Stéphanie Fontez et Isabelle Molina


Lectures dansées Jeune Public, pour tous ! – cliquez sur la 1ère photo

En tournée à partir de septembre 2017

 


Le coquillage à Lectures – cliquez sur le coquillage

Explorer la lecture sensorielle. En tournée à partir de janvier 2016

 

 

 

 

 

 


 

Gibraltar 4 – Institut Cervantes – février 2015

timthumb

 

Pour la sortie du numéro 4 de Gibraltar, Plumes d’Elles lit un extrait de Petite Sagesse, ainsi que des extraits de textes « contre les murs, ces héros du quotidien »

 

 

 

 


Maison de la laïcité et des diversités – février 2015

Lecture d’un extrait de Petite Sagesse lors de l’exposition sur le travail forcé proposée par l’ONG RHSF


 

Livre « éCLOSion, journal de corps féminins en détention »

Tract-eCLOSion-V4

Organisé par l’association Genepi (mouvement d’étudiants œuvrant pour la circulation des savoirs dans les prisons et sur la prison), le festival Taul’Art a pour vocation de rendre visible les problématiques liées à l’univers carcéral. Une démarche festive pour approcher un sujet méconnu. Depuis 2005, le festival Taul’Art invite les Toulousains à réfléchir sur la vie en détention à travers différents événements.

Six femmes en détention ont écrit le journal de leur corps, accompagnées par la Cie Plumes d’Elles. Corps organique, musculaire, charnel… il se referme ou se déploie, retrouve ses sens ou les perd, manque d’espace, cherche sa respiration, ses mouvements, ses battements…

Les textes réunis ont donné lieu à un spectacle et un livre, publié aux Éditions du Griffon Bleu. Ce sont les textes de ce livre que nous vous invitons à découvrir par cette lecture musicale. Écrits entre le 17 avril et le 7 septembre 2013, ils nous permettent d’écouter, de sentir, un peu, le quotidien de ces six femmes.

Lecture donnée le 22 mars 2014 à La Chapelle.


Le monde des pourquoi… ? Où les parce que sont rois !
L’enfant qui n’avait pas de nom

Deux contes écrits par un groupe de jeunes garçons, au SAAJ – CDEF de Toulouse

mains-couleur

Le monde des pourquoi… ? Où les parce que sont rois !
Il était une fois, des jeunes garçons, certains venus de tout près, d’autres pas très loin, juste de l’autre côté de la mer, celle qu’on partage avec l’Afrique, d’autres de beaucoup plus loin, vraiment très loin. En ateliers d’écriture, chaque semaine, au CDEF de Toulouse, ces garçons, et ceux qui les accompagnent, font un grand feu avec des mots, on y jette les traversées des uns comme de grosses bûches, les incertitudes de tous qui font de petites braises, les pas croisés, les pas de côtés. On y parle un sbire étrange et contagieux, fait de plein de moitiés : moitié français, moitié anglais, moitié peul, moitié wolof, moitié verlan, moitié j’y comprends rien. Et de toutes ces moitiés mal découpées on fabrique des brins, des brindilles… brin de poésie, brindilles de contes, brin de lumière, brindille de rire !

 

L’enfant qui n’avait pas de nom
« Il était une fois un enfant qui ne connaissait pas son nom…
Mais à quoi alors pouvait-on le reconnaître ?
À savoir si c’était une fille ou un garçon… Et c’était une petite fille !
Il était une petite fille qui ne connaissait pas son nom…
Mais à quoi alors pouvait-on la reconnaître ?
À la couleur de ses yeux, et elle avait les yeux noirs… »

Lecture donnée le 5 mars 2014 – au CDEF de Toulouse.

Découvrez nos ateliers d’écriture


Invisibles – une nouvelle de Koffi Kwahulé

invisible
Pour la parution du troisième numéro de la revue « Gibraltar, un pont entre deux Mondes », nous lisons une nouvelle de Koffi Kwahulé qui nous mène au pays des masques. Là où ils se transforment en condor, où ils volent au-delà du temps, et où il suffit de leur souffler dans les oreilles pour entrer dans leur royaume…

« L’enfant enlaça le masque et ferma les yeux. Aussitôt il vit le masque se transformer en un immense condor. Et il se vit volant sur les ailes de l’aigle. Ils volèrent, ils volèrent et ils volèrent, traversèrent des villes, des fleuves, des villages, des forêts, des hameaux, les montagnes(…) Des paysages somptueux. Jusqu’aux falaises de Bandiagara. »

Illustration: Marc N’Guessan

Lecture donnée en décembre 2013 à l’Hémicycle et en Février 2014 à l’Institut Cervantes.


Des caravanes sous la mer – Une nouvelle de Benoît Séverac

des-caravanes

Pour la parution du premier numéro de la revue « Gibraltar, un pont entre deux Mondes », nous lisons les mots de Benoît Séverac qui nous mènent dans le désert tunisien, sur les dunes de Sabria, dans les palmeraies…

« J’atterris à Tozeur, dans le Sud tunisien, un soir d’avril. Dès que je sortis de l’avion, sur la passerelle, j’eus l’impression de pénétrer dans un sauna. J’avais déjà fait des séjours au Maghreb, mais c’était la première fois que j’avais le sentiment d’être en Afrique. C’était une sensation davantage qu’un sentiment. Quelque chose dans l’air… »

Illustration: Guy de Guglielmi

Lecture donnée en février 2013 à l’Institut Cervantes,
en mars 2013 aux Ombres Blanches et en avril 2013 à l’Hémicycle